Catholic Peacebuilding Network

Enhancing the study and practice of Catholic peacebuilding

Great Lakes Region: Bukavu Catholic Church and the Peace in the Great Lakes Region (Text in French)


Msgr. Francois Xavier Maroy, Archbishop of Bukavu, reminded the participants at the Association of Episcopal Conferences of Central Africa meeting in Bujumbura, July 2006, that the Church has and should continue to have a commitment for peace, justice and stability in the Great Lakes region.

Here is the original text in French:

EGLISE CATHOLIQUE DE BUKAVU ET LA PAIX EN R. D. CONGO ET DANS LA REGION DES GRANDS LACS

Introduction
Depuis plus de 2000 ans, l’Eglise travaille, comme du levain dans la pâte, au sein de l’humanité, avec « une option préférentielle pour les pauvres (1). Le pauvre ne signifie pas seulement le misérable, le démuni, l’opprimé, les sans-voix, mais aussi toute personne assoiffée et désireuse de la Parole de Dieu pour bâtir solidement sur des fondations fiables. « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise » cf. Mt 16, 18.
C’est en 1906 que le message du Christ a atteint le sol congolais du Bushi, ma région natale, et depuis lors il gagne de plus en plus les cœurs et se propage dans les familles évangélisées afin que chez nous arrive aussi le règne de Dieu. – Les célébrations de notre 1er centenaire d’évangélisation s’ouvrent le dimanche 03 septembre 2006, vous y êtes cordialement invités – jusqu’en 1994, cette Eglise locale a œuvré dans le domaine catéchétique, liturgique et pastoral et s’est mêlé trop peu de ce que l’on appelle la politique.

Implication en politique (nationale et internationale)
L’arrivée massive des réfugiés rwandais, en avril et en juillet 1994 a mobilisé toutes les bonnes volontés qui se sont retrouvées de manière compétitive chez nous. Les familles se sont mobilisées, les communautés se sont organisées pour qu’avec les ONG locales et internationales l’assistance soit apportée aux victimes du drame rwandais à cette époque. L’Eglise de Bukavu comme d’ailleurs, à sa tête, notre Archevêque S. E. Mgr Christophe MUNZIHIRWA, se préoccupera sans réserve, pour venir en aide à ces frères et sœurs sinistrés.
Deux ans durant, nous avons partagé des peines et les joies en famille avec les deux mouvements de réfugiés rwandais jusqu’aux jours où des forces étrangères de tout bord les dispersèrent dans toute la forêt équatoriale après avoir assassiné, le 29 octobre 1996, cet homme de Dieu qui a plaidé la cause de tous sans aucune discrimination . Son successeur, S. E. Mgr KATALIKO, subira la même sort par les faiseurs de « guerre par procuration » introduits au Congo pour des fins dépassant l’entendement des peuples congolais. C’est parce que ce prélat essayait de montrer des méfaits de la guerre à l’opinion tant nationale qu’internationale, tout en demandant à son peuple de refuser toute complicité avec ceux qui tuent, qu’il sera exilé pendant 7 mois mourra d’épuisement à Rome le 04 octobre 2000.Comme le savez, il n’ y a pas de martyrs sans bourreaux : grâce à ces derniers nous comptons deux héros et hérauts de la paix dans notre Diocèse et pourquoi pas dans notre pays.

Travail pour la consolidation de la paix
Loin de développer les sentiments négatifs dans les cœurs de notre peuple, la mort de ces deux valeureux pasteurs, même celle de leur successeur qui n’a pas travaillé pratiquement, étant tombé malade dès le début de son ministère, leur mort dis-je, y a eu au contraire renforcé le témoignage de la foi, de l’espérance et de la charité. Nous avons ouvert la porte au dialogue, aux ateliers, aux sessions, aux échanges d’expériences…au point que Bukavu est pratiquement devenu le 2e pole de conscience politique du pays après la capitale Kinshasa.
A la suite de nos pères les Evêques, réunis à l’Assemblée des Conférences Episcopales de l’Afrique Centrale (ACEAC), les fidèles ne font qu’intensifier les activités pouvant rapprocher les chrétiens et les bonnes volontés. Les actions sont initiées ici et là, spécialement avec les diocèses frères des pays limitrophes, les visites sont organisées et nous encourageons tout ce qui se fait pour l’édification et la consolidation de la paix dans les cœurs et dans la région des Grands Lacs Africains. Aujourd’hui, lentement mais sûrement nous croyons à même de célébrer quelques réussites : respect de la personne humaine et des ses biens, frontières ouvertes de part et d’autre, élèves à gauche et professeurs à droite chaque jour, rencontre des groupes divers dans les sens, programme commun ou concerté d’éducation à la paix par nos commissions diocésaines Justice et Paix, visites réciproques, eucharisties concélébrées, …Nous en rendons grâce à Dieu et nous souhaitons aller de l’avant qu’il en coûte car nous savons en qui nous avons mis notre confiance.

Perspectives d’avenir.
- Rendre le cadre de l’ACEAC plus opérationnel en le dotant d’un agenda précis, avec des indicateurs de vérification pour la réalisation des activités et des initiatives prévues ou envisagées.
- Intensifier les rencontres des groupes dans nos trois pays avec une extension sur l’Ouganda et la Tanzanie (appartenant aussi à cette région des Grands Lacs).
- Ouvrir des activités culturelles et des compétitions sportives multidisciplinaires entre nos jeunes filles et garçons, avenir de l’Eglise et de la société
- Créer un Institut Supérieur d’Education à la Paix de préférence à Bukavu, non seulement grâce au développement de cette ville dans le domaine universitaire, mais pour réconforter ce peuple dont le patrimoine a été le plus détruit tant au niveau humain que des structures et infrastructures
- Relancer la CEPGL et la renforcer pour en faire un excellent noyau de l’Union Africaine à l’exemple du BENELUX pour l’Europe. En plus de nos gisements miniers, nos rivières, nos lacs, nos montagnes et nos volcans communs, constituent un atout majeur pour le tourisme dans les 3 pays. La liste n’est pas exhaustive,à nous de l’enrichir davantage en proposant d’autres sources possibles de coopération régionale.

Conclusion
Nous saisissons cette opportunité pour adresser nos remerciements à la Communauté internationale qui comprend de plus en plus qu’il faut réconcilier les frères et les voisins et qui s’y investit sans compter.
Notre gratitude envers nos frères d’autres conférences Episcopales pour le rapprochement des esprits en vue d’échanger et consolider des relations fraternelles.
Nos souhaits de voir se réaliser certaines de nos initiatives ci-haut citées, grâce aux efforts conjugués et au soutien tant moral que matériel de nos frères que vous êtes.

Je vous remercie.
ACEAC/ Burundi, Intervention du 26 juillet 2006
Mgr François- Xavier MAROY RUSENGO
Archeveque de Bukavu