Catholic Peacebuilding Network

Enhancing the study and practice of Catholic peacebuilding

Church Statements and Other Resources on Natural Resources, Land, and Armed Conflict

Revue de presse de la CERN du lundi 8 décembre 2014

Douze personnes ont été happées par des crocodiles et des hippopotames pour le seul mois de novembre dernier le long de la rivière Tshilemba à Katanda, a indiqué samedi 6 décembre l’administrateur de ce territoire du Kasaï-Oriental, Crispin Mbiya, signale Radio Okapi. Il s’est dit inquiet de la présence de ces animaux dans cette rivière où les populations de plusieurs localités s’approvisionnent en eau. L’administrateur demande au gouverneur de province d’autoriser le refoulement de ces bêtes.

Le Parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo situé à 220 Km sur la Nationale N°1 fait l’objet d’une grande attraction depuis son inauguration. Une mission conjointe, composée des ambassadeurs des USA et de l’Union européenne en RDC, d’une délégation du Fonds monétaire international (FMI) en mission à Kinshasa et des représentants du secteur privé a fait une descente sur le site le samedi 06 décembre 2014. Avec à sa tâte, deux membres du Gouvernement à savoir Jean-Chrysostome Vahamwiti de l’Agriculture et Patrice Kitebi, des Finances. Ces visiteurs de marque n’ont pas tari d’éloge à l’endroit du Gouvernement congolais pour avoir initié ce projet ambitieux qui va, à coup sûr, relever le défi de l sécurité alimentaire au pays de Kabila, rapporte Forum des As.

Dans le secteur des mines, l’Agence Ecofin indique que Mawson West Ltd, possédant une superficie de 7300 km2 en RD Congo, produira au premier trimestre 2015 le premier cuivre de Kapulo, province du Katanga, conformément au calendrier de mise en valeur de ce projet situé dans la corne sud-est de la RD Congo, à environ 15 km de la frontière avec la Zambie. La compagnie minière cotée à Toronto, qui a réduit le coût en capital du projet, a réitéré, le 3 décembre, son objectif, rappelant avoir démarré le commissioning en novembre. Elle se fixe de réaliser, par une exploitation à ciel ouvert, une production moyenne de 19 400 tonnes de concentré de cuivre par an sur la durée de vie de plus de six ans de ce projet

Kinshasa : Le cuivre a rapporté 150 millions USD en 2013 au Trésor public contre 860 millions USD en 1989, souligne le Potentiel qui écrit: Les 883.657 tonnes de cuivre exportées sur 914.631 tonnes de cuivre produites officiellement en 2013 en République démocratique du Congo (RDC) n’ont rapporté que 150 millions USD au Trésor public contre 860 millions USD en 1989 avec une production d’environ 420.000 tonnes. Au premier trimestre 2014, la production de cuivre a été de 492 882 tonnes. L’information donnée récemment aux ateliers du cinquantenaire du Parti lumumbiste unifié (PALU) a étonné les participants qui ont appris dans la foulée que la contribution de l’exploitation du cuivre au Trésor public a dégringolé de 60¨en 1989 à moins de 30% en 2013.

L‘Agence Congolaise de Presse (ACP).informe que le « Réseau mines pro population » a plaidé pour la création d’un plan national de développement en République démocratique du Congo par des consultations des acteurs miniers, en vue d’améliorer des conditions de vie des populations vivant dans les zones riches en minerais. Le réseau qui a clôturé ses réflexions vendredi, a recommandé au gouvernement l’identification des opportunités de partenariat public-privé dans le domaine des infrastructures, du renforcement des zones économiques spéciales, une fiscalité attractive et à réserver la fourniture des services exclusivement aux entreprises locales.

Sur un autre dossier, celui de réchauffement climatique, l’édition de Kinshasa de Dépêches de Brazzaville note que la RDC est classée parmi les dix pays les plus menacés au monde et écrit que : En dépit d’une situation générale pas très catastrophique à cause de la localisation du pays dans la zone équatoriale, les premiers signes seraient déjà perceptibles dans l’ouest de la RDC, à Matadi plus précisément (Bas-Congo), mais aussi au sud du Katanga et au nord de l’Oubangui. Dans cette partie du pays menacée, la conséquence directe est l’impact constaté sur les pluies. La Délégation de l’UE en RDC appelle à la mobilisation de l’opinion congolaise sur cette grave question au regard des perspectives très mauvaises.

Source: http://cern-cenco.cd/?p=1371

Revue de presse de la CERN du jeudi 4 décembre 2014

CIRGL: Des femmes en RDC appellent à « accélérer » la révision du Code minier, signale le Potentiel qui note : L’atelier national sur « l’intégration du genre et la promotion de la femme dans le secteur minier en République démocratique du Congo », organisé à Kinshasa par le Mécanisme national de coordination de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et financé par l’Union européenne à travers la coopération allemande (GIZ), s’est clôturé mardi 02 décembre 2014 sur un appel au gouvernement congolais à « accélérer la révision du Code minier en RDC ».

Le Réseau parlementaire de protection et de gestion des ressources naturelles dans les zones transfrontalières de la sous-région des Grands Lacs devrait s’atteler à régler les contentieux environnementaux entre la RDC et l’Ouganda, rapporte Radio Okapi. C’est ce qu’a déclaré mardi 2 décembre le président de l’assemblée provinciale du Nord-Kivu, Jules Hakizimwami; deux jours après la clôture à Goma de la 2ème conférence sous-régionale sur le rôle des parlementaires dans la protection des zones naturelles transfrontalières. Selon lui, il y a de plus en plus d’incursions des Ougandais dans certaines zones protégées de la RDC.

L’Agence Congolaise de Presse (ACP) informe que le coordonnateur sous-régional du Bassin du Congo, Mathieu Schwartzenberg, a lancé mercredi, à Kinshasa, un appel à toutes les parties prenantes (gouvernement, société civile, entreprises forestières) à développer la norme nationale FSC (Forest Stewardship council ou conseil d’administration des forêts) pour la certification des forêts en RDC. Cet appel, qui a été fait, à l’ouverture de l’atelier national d’élaboration de la norme national FSC en RDC, est consécutif à l’importance du massif forestier et à la richesse écologique que regorge la RDC. Il a indiqué que la RDC a tout intérêt à élaborer cette norme non seulement pour promouvoir la gestion forestière durable, mais aussi pour sécuriser les exploitants forestiers et des communautés locales dépendant des forêts qui tirent leur revenu de l’exploitation forestière.

3èmes négociations intergouvernementales germano-congolaises: Plus de 50 millions d’Euros pour l’eau et l’électricité en RDC, titre Forum des As qui écrit: Après trois jours de travaux, les 3èmes négociations intergouvernementales germano-congolaises ont abouti à la signature de deux accords techniques entre le gouvernement congolais représenté par le vice-ministre de la Coopération internationale et régionale Dismas Mangbebu et la partie allemande par son ambassadeur en RDC Dr Manig Wolfgang. Une autre signature a porté sur le contrat de financement par le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Finances, le gouverneur de la Banque Centrale du Congo et l’AD de la REGIDESO avec la Coopération financière allemande KFW. Ce contrat de financement d’une enveloppe de 51.200.000 Euros vise à soutenir les projets prioritaires en RDC qui sont l’eau et l’assainissement, la gestion des ressources naturelles et la micro-finance sans oublier le grand INGA dans les provinces du Bandundu et de deux Kasai. Cette coopération entre l’Allemagne et la RDC porte également sur la consolidation de la paix, les mines, la biodiversité, la santé, l’éducation et l’énergie.

Source: http://cern-cenco.cd/?p=1363

Revue de presse de la CERN du mardi 5 août 2014

Les habitants de Malamba, dans le territoire de Wamba (Province Orientale), dénoncent l’implantation des bornes par la coordination de la Reserve de la faune à Okapis (RFO) devant leur village, informe Radio Okapi. L’implantation de ces bornes, selon eux, bloquerait à la longue l’accès à cette aire protégée. Cette inquiétude a été exprimée vendredi 1ert août à travers une correspondance adressée à la coordination de la RFO à l’issu d’une rencontre organisée par la société civile de Wamba. C’est depuis la mi-juillet, déclare la société civile de Wamba, que la RFO est en train de placer des bornes autour de la réserve de la faune à Okapi, dans la chefferie de Malamba. Des bétons et de pancartes en bois mentionnant “RFO” sont implantés devant les villages qui font face à la réserve.

L’Avenir fait l’écho d’un projet défendu par un étudiant de l’ISIPA portant sur La vidéosurveillance pour une sécurisation maximale du traitement d’eau à la Régideso. Selon le journal, à l’Institut supérieur d’informatique, programmation et analyse, ISIPA (site Shaumba), le jury chargé de la défense des Travaux de fin de cycle (TFC) a apprécié, à l’option Technique de maintenance, un projet propre à placer la Régie de distribution d’eau potable au firmament des Nouvelles techniques de l’information et de la communication, NTIC. En effet, le travail du récipiendaire Christian Sozy Mpiambukulu, est intitulé : « Etude et conception d’un système de vidéosurveillance pour une entreprise : Cas de l’usine de traitement d’eau de N’Djili ».

La Prospérité revient sur la question du bois avec ce titre: « Bois congolais: le Gouvernement insiste sur la traçabilité » et écrit : »Maîtriser la traçabilité du bois congolais, c’est le nec plus ultra pour le Gouvernement de la République qui tient à recouvrer le gros des dividendes dans un secteur où l’intrigue a pris le dessus. L’ordre doit impérativement être établi. Car, déplore le Gouvernement, depuis janvier 2013, le bois rouge est illicitement exploité dans le village Nkala, en territoire de Kambove, dans le Katanga. Voila pourquoi, deux membres du gouvernement, respectivement, dans deux secteurs clés de la République, en l’occurrence, les ministres de l’Environnement et son collègue de l’Economie cogitent ensemble pour assoir de stratégies de lutte contre l’exploitation et le commerce illicites du bois congolais. Bavon N’sa Mputu et Jean-Paul Nemoyato ont, au cours d’une réunion d’évaluation, tenue le week-end dernier, pris l’engagement d’adopter des stratégies pour assurer la traçabilité du bois provenant des forêts de la RDC.

Evoquant les parcs agro-industriels, l’édition de Kinshasa de Dépêches de Brazzaville indique que la RDC veut s’inspirer du modèle chinois. Selon le journal, plusieurs pays se servent aujourd’hui du modèle chinois pour développer leur agriculture et atteindre l’autosuffisance alimentaire dans un contexte d’accélération de la croissance démographique dans la région. La RDC s’en est inspirée pour d’ailleurs pour lancer son projet d’érection des parcs agro-industriels sur l’étendue du territoire national et d’autres encore visant toujours le secteur agricole où elle dispose de grandes potentialités inexploitées.

Source: http://cern-cenco.cd/?p=867